2013-12-31

Bilan boursier de 2013

"Le CAC40 clôture en hausse de +0,47% à 4.296: il n'a manqué qu'un point d'indice pour que la performance annuelle atteigne +18% (et non +17,99%). La performance de la Bourse de Paris (ou de l'Euro-Stoxx50) ne s'explique que par les liquidités déversées par la FED et le Bank of Japan car les profits des entreprises du CAC40 n'ont progressé que de 3% en moyenne (après avoir stagné en 2012)... ce qui signifie que les actions françaises se sont envolées de 35% en 2 ans sans réelle progression des bénéfices. (...)
Les mécanismes à l’œuvre ressemblent beaucoup à ceux qui prévalurent avec la montée en puissances des 'subprime' de 2005 à 2007" (source : CercleFinance.com)

京剧改革 Lecture de décembre 2013



2013-12-25

Quand Jésus naquit à Noël



Claude Balbastre (1729-1799) - Quand Jésus naquit à Noël, par Michel Chapuis à Saint-Jean-de-Losne (Bourgogne)

2013-11-23

Généalogie Baronnet

Sommes-nous cousins ?

Liste-éclair (Tiny Tafel) de la généalogie de Marc Baronnet au 23 novembre 2013 :
  • Adam (2); Ancy-sur-Moselle, 57; 1540-/1609
  • Adnet; ; /1625-/1625
  • Aigrefeuille (d'); Sérignac, Orthoux-Sérignac-Quilhan, Gard; ca 1460-/1486
  • Albaux (2); Dontrien, Marne; ca 1634-1704
  • Ancelot (2); Dontrien, Marne; 1679-1679
  • Andrews; Suffolk, GB; 1796-1899
  • Anthoine; Onville, 54; ca 1600-ca 1630
  • Antoine; Ars-sur-Moselle; 1719-1719
  • Arbus; ; -/1691
  • Artigues (d'); ; -ca 1460
  • Assas (d'); Saint-André-de-Majencoules, Gard; /1389-1510
  • Atwell; Middlezoy, Somerset, GB; 1758/1759-1891/
  • Atwold; ; -
  • Atwool; Middlezoy, Somerset, GB; -ca 1786
  • Aubriot (2); Dornot, 57; ca 1621-1699
  • Ayers; Week St Mary, Cornwall; ca 1750-ca 1750
  • Bacquenois (3); Dontrien, Marne; ca 1610-1850
  • Bail; Sponville, 54; /1726-1793
  • Baillet; Arnaville, 54; 1676-1742
  • Ballessier (2); ; -ca 1661
  • Barba (4); Ancy-sur-Moselle, 57; ca 1619-1691
  • Barnault; Tours-sur-Marne, 51; ca 1645-1893
  • Baronnet (2); Saint-Hilaire-le-Petit, Marne; /1630-1976
  • Barre (de); ; /1290-/1290
  • Barrois; Bétheniville, Marne; ca 1767-1834
  • Baudran (2); ; ca 1661-1723
  • Bauvier; Ars-sur-Moselle; 1719-1719
  • Bauviez; Ars-sur-Moselle; ca 1721-ca 1721
  • Beake; Middlezoy; /1700-ca 1808
  • Beausaine; ; -1719
  • Bernard (2); Avenay-Val-d'Or, 51; 1704-1704
  • Berrurier; Tauxières-Mutry, 51; ca 1698-1758
  • Bertaux; ; -1648
  • Berthe; ; -1761
  • Berthelemy; Tauxières-Mutry, 51; ca 1720-1797
  • Berthellemy; Tauxières-Mutry, 51; 1773-1832
  • Berthézène (2); Valleraugue, Gard; /1606-/1657
  • Bertin; Ville-sur-Yron, 54; 1725-1829
  • Berton (3); Ville-sur-Yron, 54; 1725-/1760
  • Bertrand; ; -1700/
  • Berurier; ; -ca 1698
  • Beuvelot; 57 Novéant-sur-Moselle; ca 1614-1747
  • Billy (2); Athis, 51; /1627-1812
  • Boisson; Valleraugue, Gard; -/1591
  • Bolet (3); Saint-Hilaire-le-Petit, Marne; ca 1616-1738
  • Bouquant; Sommepy-Tahure, Marne; /1679-1874
  • Bourgeois; Dontrien, Marne; ca 1695-1755
  • Bourmont; Tours-sur-Marne, 51; ca 1658-1693
  • Boutillier; Ambonnay, 51; 1712-/1751
  • Bouton; Novéant-sur-Moselle; 1648-1648
  • Braquin; Vandelainville, 54; 1664-1690
  • Breton (3); Ville-sur-Yron, 54; 1703-1703
  • Briot; Novéant-sur-Moselle, Moselle; ca 1643-1753
  • Brugniart; Tauxières-Mutry, 51; ca 1748-1846
  • Burtin (4); ; 1576/-1573/1576
  • Cadoëne (de); ; /1290-1366
  • Cagnetel (2); ; 1609-1685
  • Caignard; Jouy-aux-Arches, 57; 1644-1714
  • Cambecedes; Taleyrac, Valleraugue, Gard; ca 1557-ca 1557
  • Cambessedes; ; -ca 1557
  • Canniver; Burnham, Somerset, GB; ca 1799-1849
  • Canon; Cornwall, England; ca 1716-ca 1716
  • Caré (3); Ars-sur-Moselle, 57; 1707-1707
  • Carré (3); Novéant-sur-Moselle, 57; 1728/1729-1812
  • Carter; Grantham, Lincolnshire, GB; ca 1826-ca 1826
  • Cartier; ; ca 1669-1709
  • Carver; Bridgwater, Somerset, GB; ca 1730-1786
  • Caylon (du); ; /1389-1429/
  • Champenois; Dontrien, Marne; -1701
  • Chandelier; Scy-Chazelles, 57; 1731-1790
  • Channet; ; /1627-/1627
  • Chapdoye; Bétheniville, Marne; ca 1602-1702
  • Charaux (2); ; -1707
  • Charot; Ars-sur-Moselle, 57; 1707-1707
  • Charpentier; ; -ca 1638
  • Charton; ; -1680
  • Chaubert; Ville-sur-Yron, 54; 1670-1670
  • Chaussé (2); ; ca 1565-ca 1600
  • Chemperette; ; -1704
  • Chisholm; St Stephen's, Edinburgh, Scotland, GB; 1835-1946
  • Chouart; ; /1634-/1634
  • Claudin; Onville, 54; ca 1590-1759
  • Clausquin; Onville, 54; ca 1615-ca 1615
  • Cleevely; ; -1713
  • Clément; Onville, 54; ca 1609-1695
  • Clifton; Week St Mary, Cornwall; ca 1560-1841
  • Cocteau; ; -1704/
  • Coinchot; Novéant-sur-Moselle, 57; 1672-1672
  • Collesson; ; ca 1610-ca 1610
  • Collin; Onville, 54; /1701-1734
  • Colson; ; 1693/1694-1743
  • Coltier; Dontrien, Marne; ca 1668-1698
  • Cooper; Islington, Middlesex; ca 1765-1872
  • Courouve (2); Ancy-sur-Moselle, 57; 1610-1898
  • Cousin; Dontrien, Marne; ca 1638-1775
  • Coutillon (2); Tours-sur-Marne, 51; ca 1645-1715
  • Crochetel (2); Ancy-sur-Moselle, 57; ca 1634-ca 1634
  • Cuny (4); ; -1718
  • Cuvry (de); Coin-lès-Cuvry, Moselle; 1515-1627
  • Damin (3); Novéant-sur-Moselle; -ca 1649
  • Dauphinot; Saint-Hilaire-le-Petit, 51; ca 1622-1689
  • Delacour; Cuvry, 57; ca 1660-1743
  • Delagloye (3); Saint-Hilaire-le-Petit, 51; 1676-1744
  • Demange; Novéant-sur-Moselle, 57; /1632-1688
  • Denouvoin; ; -1704
  • Desfaux; Lee, Kent, GB; 1692/-1730
  • Desnières; Dontrien, Marne; ca 1705-1763
  • Ditte (6); ; 1651-1651
  • Drouin (2); 57 Ars-sur-Moselle; ca 1621-1701
  • Dubois; ; -1707
  • Dudot (2); 57 Ancy-sur-Moselle; ca 1608-1711
  • Dumatras (2); Tauxières-Mutry, 51; 1733-1815
  • Dupressoir; ; -1693
  • Duranc; Monoblet, Gard; 1428-ca 1532
  • Eménard; Valleraugue, Gard; /1524-ca 1610
  • Evrard; Novéant-sur-Moselle, Moselle; ca 1668-1682
  • Fabre; ; 1428-1428
  • Fardin; Launceston, Cornwall; ca 1665-1752
  • Farthing; Launceston, Cornwall; 1782-1937
  • Feringer; ; -1733/
  • Ferry; Arnaville, 54; /1680-1680
  • Fiacre; ; -ca 1739
  • Follias; Tauxières-Mutry, 51; ca 1773-1811/
  • Folliot; ; 1689-1689
  • Fournier (3); Avenay-Val-d'Or, 51; 1736-1762/
  • Franquin; Onville, 54; 1711-1711
  • Frémy (2); 57 Ancy-sur-Moselle; ca 1601-1642
  • Frutiaux; Onville, 54; /1646-1701
  • Gachot; 57 Ancy-sur-Moselle; ca 1643-1722
  • Gallois (2); Dontrien, Marne; ca 1661-1735
  • Gamard; 57 Jouy-aux-Arches; 1627-1627
  • Ganard; ; -ca 1646
  • Gantelet; Tauxières-Mutry, 51; 1713-1797
  • Germaine; ; -/1590
  • Génot (2); 57 Ancy-sur-Moselle; ca 1622-1685
  • Gilet (5); Saint-Masmes, Marne; /1675-1702
  • Gillet (3); Saint-Souplet-sur-Py, Marne; -/1761
  • Girardin; ; -ca 1698
  • Gliddon; Cornwall, England; ca 1729-1753
  • Glorieux; ; -/1691
  • Gobert (2); Dontrien, Marne; /1736-1894/
  • Godelaine; Focant, près de Beauraing, Belgique; ca 1805-1894/
  • Godfrey; England, GB; ca 1674-1798
  • Godin; Ambonnay, 51; 1704/-/1725
  • Godon (3); Dontrien, Marne; 1700-1727
  • Goeury; Arnaville, 54; 1687-/1718
  • Goinard; Metz, 57; 1687-1721
  • Gournay; 57 Jouy-aux-Arches; 1641-1756
  • Goussat; Jouy-aux-Arches, 57; 1657-1692
  • Goussot; 57 Jouy-aux-Arches; 1627-1627
  • Gouverneur; ; -/1617
  • Grandjean; Novéant-sur-Moselle, Moselle; 1651-1689
  • Gravelotte; Ancy-sur-Moselle, 57; /1559-1819
  • Grégoire (3); Ars-sur-Moselle, 57; 1679-1684
  • Grospiere (2); ; -/1648
  • Grospierre (2); Saint-Hilaire-le-Petit, 51; ca 1621-1695
  • Guaillat; ; /1576-/1576
  • Guenin; ; -1711
  • Guernier (2); Ancy-sur-Moselle, 57; 1607-/1670
  • Guépratte (8); ; -1707
  • Guiart; ; -ca 1751
  • Guilhemain; ; /1740-/1789
  • Guilhemin; Montolieu, Aude; 1753-1893
  • Guillemin (2); Ancy-sur-Moselle, 57; ca 1595-1728
  • Guiset; Tours-sur-Marne, 51; /1625-ca 1734
  • Gury; Moyeuvre-Grande, 57; 1718-1858
  • Hanesse (2); Scy-Chazelles, 57; 1726-1795
  • Hannesse; Scy-Chazelles, 57; 1775-1819
  • Hargant; Corny-sur-Moselle, 57; ca 1639-1759
  • Hennequin; ; -ca 1713
  • Henrat; Hauviné, 08; 1700-1786
  • Henrot; Rennes, Ille-et-Vilaine; /1700-1829
  • Henry (2); Ars-sur-Moselle, 57; 1658-1819
  • Herbelet; Novéant-sur-Moselle, Moselle; /1713-/1710
  • Heugnon; ; -1701
  • Hill (2); Liskeard, Cornwall, GB; /1841-1860/1861
  • Hocquart; ; -1707
  • Hooper; Poughill, Cornwall; 1599-1643
  • Houin (2); ; -1632
  • Husson (2); Jarny, 54; /1675-1761
  • Jacquelet (3); ; 1600/1607-/1652
  • Jacquemot (4); Ancy-sur-Moselle, 57; ca 1614-1737
  • Jacquet; ; -1679
  • Jambart; Tauxières-Mutry, 51; 1724-1771
  • Jaulny (2); Ancy-sur-Moselle, 57; 1600-1674
  • Jaunet; ; -1728
  • Jean; Saint-Pierre-des-Tripiers, Lozère; ca 1470-ca 1470
  • Jehan; Ardaillers, Valleraugue, Gard; 1559-/1603
  • Jeho (2); Ancy-sur-Moselle, 57; ca 1605-1680
  • Jénot (3); 57 Ancy-sur-Moselle; -1635
  • Jobal (2); 57 Ars-sur-Moselle; 1652-1740
  • Joly; 57 Dornot; ca 1658-ca 1658
  • Jouin; ; -ca 1727
  • La Roche (2); Vionville, 57; ca 1515-1559
  • La Vraüe (2); 57 Ancy-sur-Moselle; ca 1520-1681
  • La Vraüe de Landrivaux (2); Ancy-sur-Moselle, 57; 1643-1695
  • Lacour; Coin-sur-Seille, 57; ca 1687-1877
  • Lagloye (2); Hauviné, 08; ca 1721-1786
  • Lalance (2); Ars-sur-Moselle, 57; -1680
  • Lallemand; ; -ca 1727
  • Lallemant; Prosnes, 51; ca 1727-1800
  • Lallier; Ennery, 57; /1700-/1733
  • Lamort; Prosnes, 51; /1720-1772
  • Landouzy; Avenay-Val-d'Or, 51; 1704-/1811
  • Lange; ; -ca 1710
  • Lapointe; Coin-sur-Seille, 57; ca 1662-1726
  • Larasse (5); Saint-Hilaire-le-Petit, 51; /1608-1725
  • Lasolgne (2); Ars-sur-Moselle, 57; 1662-1662
  • Laurent; Sponville, 54; ca 1660-1773
  • Lavaux (2); Bouxières-sous-Froidmont, 54; ca 1668-1824
  • Lavraue (2); Ancy-sur-Moselle, 57; ca 1600-1668/
  • Lavraüe (2); Ancy-sur-Moselle, 57; ca 1648-1733
  • Le Colson; ; -1684
  • Le Coullon (2); Ancy-sur-Moselle, 57; 1464/1465-1557
  • Le Faucheux; Cuvry, Moselle; 1600-1654
  • Le Franc (5); Saint-Hilaire-le-Petit, 51; 1599/1600-1675
  • Le Gay (2); ; 1490/-1540
  • Le Gournay; ; -1641
  • Le Goussot (2); Jouy-aux-Arches, 57; 1689-1782
  • Le Gugnon (6); 57 Ancy-sur-Moselle; 1575-ca 1615
  • Le Longe; Dornot, 57; 1742-1756
  • Le Naurroy (3); Novéant-sur-Moselle; -ca 1649
  • Leboucq; Bisseuil, 51; ca 1676-1762
  • Lebrun (2); ; -/1675
  • Leclerc (2); Dornot, 57; ca 1624-1790
  • Lefebvre (2); Lessy, 57; -ca 1640
  • Lefevre; Lessy, 57; ca 1640-ca 1640
  • Lefèvre; ; -1679
  • Legendre (3); Tours-sur-Marne, 51; 1702-1754
  • Legoussat (2); Jouy-aux-Arches, 57; 1690-1690
  • Lehalle; Viéville-en-Haye, 54; /1766-1805
  • Lelonge; Dornot; 1705/-1742
  • Lepayen (2); Jouy-aux-Arches, 57; 1634-1715
  • Liron; Saint-André-de-Majencoules, Gard; 1490/-/1570
  • Loeillot (2); Ars-sur-Moselle, 57; ca 1619-ca 1690
  • Logeart; ; -/1720
  • Loth (2); 57 Ars-sur-Moselle; 1666-1750
  • Louis; Sponville, 54; ca 1659-1749
  • Macquart (2); Vaudesincourt, Marne; /1744-1783
  • Maillard; Dontrien, Marne; ca 1663-1744
  • Malicet; ; -1724
  • Malquin (2); ; -1642
  • Malval (2); Singly, Ardennes; ca 1659-1743
  • Mangeot (5); Lessy, 57; -ca 1640
  • Mangin (2); Ancy-sur-Moselle, 57; ca 1608-1668
  • Maquet; Focant, près de Beauraing, Belgique; -1832
  • Maréchal; ; -1663
  • Martin (5); Ars-sur-Moselle, 57; ca 1637-1700
  • Mathieu (2); Ancy-sur-Moselle, Moselle; 1655-1655
  • Matho (2); ; -ca 1635
  • Mauchaussée (2); Ars-sur-Moselle, 57; ca 1586-1682
  • Maucol; Novéant-sur-Moselle, Moselle; 1677-/1741
  • Maucou; Novéant-sur-Moselle, Moselle; 1596-1684
  • Maucourt; 57 Novéant-sur-Moselle; 1702-1783
  • Maucout; Novéant-sur-Moselle, Moselle; 1645-1645
  • Maya (2); ; -1641
  • Mea (5); Bisseuil, 51; /1704-1893
  • Meaux; ; -
  • Mecham; London, GB; 1744-1812
  • Mercellet; ; -1726
  • Méjean; ; -1560
  • Michel; Scy-Chazelles, 57; 1726-1726
  • Misset (2); Bétheniville, Marne; 1674-1722
  • Mogenot (2); ; -
  • Moinron; ; -1672
  • Moix; Bétheniville, Marne; -/1681
  • Moïa; Ancy-sur-Moselle, 57; /1633-1632
  • Montgros (de); ; /1366-1385/
  • Moreaux (3); Saint-Hilaire-le-Petit, Marne; ca 1620-1680
  • Morhain; ; -ca 1669
  • Morlet (2); Dontrien, Marne; /1701-1740
  • Natot (2); Dontrien, Marne; ca 1670-1775
  • Naudin (2); ; -ca 1684
  • Nauroy (3); Novéant-sur-Moselle, 57; ca 1649-1920
  • Noirel; Moyeuvre-Grande, 57; /1718-1718
  • Olivier; Tauxières-Mutry, 51; ca 1720-1754
  • Pagès; L'Espérou, Valleraugue, Gard; /1560-1666
  • Parker; Yorkshire, GB; ca 1821-1986
  • Passetemps; ; -1700/
  • Pearce; Week St Mary, Cornwall; ca 1634-ca 1634
  • Pelletier; ; -/1680
  • Perrin (3); ; -1664
  • Perry; Stockport, Cheshire, GB; ca 1788-1885
  • Petitjean (4); Dornot, 57; 1664/1665-1750
  • Peyregrosse (de); ; -ca 1440
  • Philippe (3); 57 Dornot; /1646-1694
  • Pichenet; Novéant-sur-Moselle, 57; ca 1590-1974
  • Pichon (2); Bayonville-sur-Mad, 54; ca 1627-1673
  • Pierre; ; -
  • Pierron (2); Jouy-aux-Arches, 57; 1679-1690
  • Pinte (2); Dontrien, Marne; ca 1666-1736
  • Poinselet; Onville, 54; 1688-1695
  • Poinsignon (2); Ancy-sur-Moselle, 57; /1609-ca 1625
  • Pompey; Novéant-sur-Moselle, Moselle; ca 1612-1684
  • Prévot; Bétheniville, Marne; 1761-1893
  • Prin; Tours-sur-Marne, 51; /1704-1793
  • Puntou; ; -1753
  • Purves; St Stephen's, Edinburgh, Scotland, GB; 1835-1835
  • Quenet (6); Dontrien, Marne; ca 1663-1833
  • Rabajoye (2); Tours-sur-Marne, 51; ca 1652-1731
  • Racelet; ; -1713
  • Raulin; Dontrien, Marne; -/1708
  • Rebaux (2); Dontrien, Marne; ca 1685-1731
  • Rees; London, GB; 1808/1809-1908
  • Remy (2); ; ca 1570-ca 1570
  • Renaudet; Auve, Marne; /1742-1824
  • Renault (4); Verzy, 51; 1693-1956
  • Régnier (2); Bayonville-sur-Mad, 54; ca 1628-1677/
  • Richard (2); ; -ca 1659
  • Robert (3); Ambonnay, 51; ca 1746-1829
  • Robinet; Onville, 54; -1688
  • Rondelet (7); Dontrien, Marne; -ca 1660
  • Roquet; Dontrien, Marne; ca 1671-1753
  • Roquier; ; /1590-1624/
  • Rousseaux; ; -ca 1767
  • Ruby (3); Dontrien, Marne; /1681-1687
  • Ryder; Cornwall, England; ca 1657-1683
  • Sablot (5); Ancy-sur-Moselle, 57; ca 1612-1671
  • Saulnier (2); Ars-sur-Moselle, 57; 1640-1685
  • Schofield; Stockport, GB; 1817-1940
  • Searle; Cornwall, England; ca 1698-ca 1698
  • Sergent; Ville-sur-Yron, 54; 1670-1703
  • Seymour; London, GB; 1698-ca 1734
  • Simon; Coin-lès-Cuvry, 57; ca 1645-1756/
  • Simonin; ; -1688
  • Simonnet; Dontrien, Marne; ca 1780-1831
  • Simony; Longeville-lès-Metz, 57; 1707-1707
  • Somny (2); Dornot, 57; ca 1669-1701
  • Soudon; Longeville-lès-Metz, 57; 1679-1679
  • Stoddon; Cornwall, England; ca 1657-ca 1657
  • Stulpin (2); 57 Dornot; -1715
  • Sullivan; ; -1888
  • Tata; Dontrien, Marne; ca 1699-1768
  • Teulon; Mallet, Valleraugue, Gard; /1533-1814/1815
  • Thibaut (2); Ars-sur-Moselle, 57; ca 1688-1762
  • Thiebault (2); 57 Ars-sur-Moselle; ca 1632-1741
  • Thiebaut (2); Ars-sur-Moselle, 57; 1721-1774
  • Thiery; Viéville-en-Haye; ca 1739-1780
  • Thomassin (2); Lessy, 57; ca 1640-1788
  • Thomin; Liéhon, 57; 1661-/1757
  • Thuillier (2); ; -ca 1628
  • Thyrion; ; /1563-1616/
  • Tocu; Hauviné, 08; ca 1653-1713
  • Toussaint; Dornot, 57; -1709
  • Tummon; Plympton Saint Mary, Devon, GB; 1888-1960
  • Valet (2); Ancy-sur-Moselle, 57; ca 1600-1677/
  • Vallet (2); 57 Ancy-sur-Moselle; ca 1634-1684
  • Varlot; Ambonnay, 51; ca 1641-1822
  • Vidal; Valleraugue, Gard; /1572-/1629
  • Vielnay (4); ; /1575-1589/1616
  • Viénay (4); ; -1576/
  • Vilaine; ; -/1700
  • Villaret; ; 1560-1560
  • Virion; Ennery, 57; 1700/-1798/
  • Vivens; Villeméjane, Valleraugue, Gard; 1562-/1652
  • Vuafflart (2); Dontrien, Marne; ca 1650-1798
  • Vuarmont; Saint-Hilaire-le-Petit, Marne; 1728-1761
  • Vuillaume; ; -1733/
  • Warn; Liskeard, Cornwall, GB; /1854-ca 1834
  • Wathier; ; -1681
  • Watrin (3); ; -1615
  • Wide; ; ca 1668-ca 1668
  • Willaume; Lessy, 57; 1610-1610
  • Woirgard; Coin-lès-Cuvry, 57; ca 1515-ca 1650
  • Woirhaye (2); ; 1661-1661
  • Wuillaume; Burtoncourt, 57; 1733-1756/
  • des Baux; ; ca 1440-1512
  • incognita (2); London, GB; ca 1794-ca 1794
  • incognitum (3); Middlezoy, Somerset, GB; -ca 1776

2013-11-19

Quel avenir pour le bitcoin ?

Le bitcoin (BTC) est une monnaie virtuelle décentralisée.

Il n'y a pas d'autorité émettrice, mais un algorithme qui préside à une émission décroissante dans le temps, jusqu'à un maximum théorique de 21 millions d'unités environ. Il est divisible.

Environ 12 millions de BTC ont été émis à ce jour.

La propriété de chaque BTC, ou de chaque fraction de BTC, est authentifiée par l'ensemble des utilisateurs : un BTC ne peut pas être "copié" comme un simple fichier Word. En revanche, il peut être volé, comme n'importe quel portefeuille : il suffit de vous en voler sa longue clef numérique. On ne peut pas la violer, mais on peut la subtiliser. C'est pourquoi il est recommandé de stocker ses BTC sur un support déconnecté du réseau.

Le BTC présente toutes les caractéristiques d'une monnaie, comme l’or : réservoir de valeur concentrée, inaltérable, mobile, homogène, fongible. La seule différence entre les deux est que le BTC est immatériel, rendant la densité de valeur qu’il concentre quasi infinie.

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Odysseus_Sirens_BM_E440_n2.jpg
Ulysse, enchaîné à son mât, résistant aux sirènes de l'inflation


Quel avenir pour le bitcoin ?

L'avenir du bitcoin est totalement imprévisible. Il se comporte actuellement comme une bulle de la grande époque (que ce soit celle des tulipes ou celle de 2000) décrite par Charles Kindleberger. Sa brutale ascension en 2013 semble soit le prélude à un effondrement spectaculaire, soit le grondement annonciateur d’un séisme monétaire de grande ampleur, par la remise en cause définitive du pouvoir monopolistique des banques centrales. Je vois plusieurs possibilités :

- une faille technique : un pirate trouve une faille dans l'algorithme, et le système s'effondre ;

- une monnaie concurrente : il n'est pas possible de créer un BTC hors du système BTC ; en revanche, il est tout à fait possible de créer un système BTC bis, une autre monnaie virtuelle, concurrente de la première ; BTC bénéficie d’un avantage compétitif, il est déjà adopté et considéré comme une monnaie ; mais contrairement à l’or, matière unique par nature, une monnaie virtuelle peut aisément être concurrencée par une autre monnaie électronique, comme une devise ordinaire peut être concurrencée par une autre sur le marché monétaire ; et de telles monnaies concurrentes existent déjà, s’engouffrant dans le sillon du bitcoin, et rêvant de répliquer son ascension, au grand bénéfice des premiers adoptants ;

- la menace réglementaire : les États pourraient entrer en guerre contre une monnaie qui sape leur souveraineté monétaire ; ils pourraient voter des lois interdisant la détention et/ou les transactions de BTC ; se poserait alors la question de l'application, difficile, d'une telle interdiction, alors que tout cela peut être crypté et échapper aisément à leur contrôle ; leur seule possibilité serait d'infiltrer les réseaux cachés, mais cela aurait vraisemblablement pour conséquence non de tuer les monnaies virtuelles, mais de les pousser dans la clandestinité, encore plus loin de leur contrôle, et dans une course aux armements bien connue dans tant d'autres secteurs ; une attitude plus intelligente serait de s'accommoder de l'existence du BTC et de l'apprivoiser ; mais on peut faire confiance à la France pour vouloir réguler à outrance une matière qu'elle ne comprend pas et qu'elle ressentira comme dangereuse, et probablement tuer un marché et des acteurs qui partiraient, comme celui de l'or et tant d'autres, à Londres ;

- la normalisation, la stabilisation et la généralisation : dans ce cas, son ascension se poursuivra encore de manière spectaculaire, jusqu’à trouver un équilibre avec les systèmes monétaires classiques, à un prix correspondant à la valeur des transactions libellées en BTC divisée par le nombre de BTC utilisés pour ces transactions.

Le bitcoin exaucerait dans ce dernier cas les rêves les plus fous des libéraux : ôter à l’oligarchie au pouvoir, quelle qu’elle soit, la capacité de diluer la monnaie, et la tentation de spolier le citoyen par l’inflation, selon le mécanisme décrit par Frédéric Bastiat dans son livre intitulé Maudit Argent. Ce n'est pas pour rien qu'il est ardemment soutenu par Peter Thiel. Le BTC rend ainsi impossible le contrôle centralisé du crédit, qui est la 5e proposition du manifeste du parti communiste de Marx et Engels, peut-être le seul vœu qu’ils avaient en commun avec les deux cents familles. Retourner au crédit 2.0 d'origine, reposant sur les transactions entre individus. Revenir à une sorte d’étalon-or, sous une forme numérique.

Il fera probablement horreur aux keynésiens, étant « déflationniste » : sa valeur ne peut que croître dans le temps, la dimension de l’économie étant croissante et la quantité de BTC étant quasi fixe. Mais l’or présentait la même caractéristique, et était pourtant plus stable que les monnaies inflationnistes du XXe siècle. Et la finitude de l’existence est de toute façon la réponse la plus implacable à la tentation de la thésaurisation, rendant la grande peur des anti-déflationnistes relativement illusoire.

Comme internet ou la langue d’Ésope, le bitcoin n’est pas intrinsèquement dangereux. Il est éthiquement neutre. Il peut servir d’instrument d’échange pour des actes, des biens et des services légaux ou illégaux, accomplis par des individus bons ou mauvais. Comme n’importe quel billet de banque.

Il n’est pas très sûr, n’étant pas nominatif ; en revanche, il échappe au contrôle de toute autorité, et est sous le seul contrôle des individus qui composent le marché. C’est sans doute sa principale caractéristique, son principal intérêt, en comparaison avec toute autre monnaie, même l’or, sur lequel il présente un avantage matériel : le Fort Knox du bitcoin se résume à une signature électronique, qui tient sur une clef USB, voire sur un morceau de papier !  Il ne nécessite pas la gestion onéreuse de tonnes de matière. Et nulle banque centrale ne peut générer de l’inflation en bitcoin, en faisant tourner une planche à billets, la quantité de bitcoin étant limitée, par construction.

J'ai le sentiment, sans en avoir de preuve, que le bitcoin sera à terme remplacé par une autre monnaie électronique présentant de meilleures qualités : plus ergonomique, plus sûre, plus transparente, plus facile d’utilisation, plus simple, moins gourmande en énergie pour l’entretien du système. Mais il fera en tout cas figure de précurseur et marquera durablement l'histoire de la monnaie (comme le système de Law ou l'ECU ou le DTS), des mathématiques appliquées et de la cryptographie. Mais jusqu'où montera-t-il avant de redescendre ? Quo non ascendet ? Nul ne peut le prédire.

Où en sera le bitcoin dans 1 an, 10 ans, 100 ans ? Rangé au rang des souvenirs comme l’emprunt russe, ou d’un usage quotidien comme la carte bancaire ? Le film ne fait que commencer.

2013-11-15

Clignotant



Pour les Parisiens, les clignotants sur les voitures, c'est une ancienne coutume provinciale. Mais il y a bien longtemps qu'on ne les utilise plus dans la capitale. On ne sait pas bien à quoi ça pouvait servir. C'était probablement décoratif. Ou selon certains historiens, c'était l'accomplissement d'un rituel religieux propitiatoire.

2013-11-11

11 novembre 1918


Stefan Zweig, Le monde d'hier : "Les puissances qui poussaient à la haine étaient, en raison même de la bassesse de leur nature, plus véhémentes et plus agressives que les forces de conciliation ; se tenaient en outre derrière elles des intérêts matériels qui en eux-mêmes étaient plus dénués de scrupules que les nôtres". C'était en 1913, un an avant qu'éclate la première guerre mondiale, suicide de l'Europe.

En ce jour de commémoration de l'armistice du 11 novembre 1918, je me souviens des membres de ma famille qui ont combattu, et pour certains sont morts. Ce souvenir est celui qui m'empêche, quels que soient les défauts de la construction européenne actuelle, résolument d'être anti-européen. Pour la première fois de son histoire, la France n'a pas connu la guerre sur le sol métropolitain, depuis 68 ans.

2013-10-18

18 octobre : fête de l'émigration

Dans cette république qui comptera bientôt plus de jours de fête et de commémoration que l'empire romain finissant, il en manque une : la journée de l'émigration.

C'est pourquoi nous proposons de retenir la date du 18 octobre, jour de l'édit de Fontainebleau signé par Louis 14 qui en 1685 révoqua l'édit de Nantes et provoqua le départ des huguenots, inutile saignée dont les conséquences continuent à se faire sentir. Il est emblématique de cette capacité bien française de se tirer une balle dans le pied, et de provoquer le départ de ses meilleurs talents, coupables de ne pas être comme tout le monde.

Où émigrer ?


Liberté politique



Norvège
Malte
Tchéquie
Uruguay
Costa Rica
Corée du Sud
Belgique
Espagne










Islande
Danemark
Suède
Nouvelle-Zélande
Australie
Suisse
Canada

Finlande
Pays-Bas
Luxembourg
Irlande

Autriche
Allemagne
Royaume-Uni
Etats-Unis

Japon
Maurice

Liberté économique



Hong Kong
Singapour
Chili
Bahreïn
Estonie
Taïwan
Macao
Chypre
Lituanie
Sainte-Lucie
Qatar






Voici la liste des pays libres, à l'intersection (en blanc) des pays libres politiquement (en bleu) et économiquement (en rouge). En gras, les pays francophones et/ou anglophones.
Les pays politiquement libres sont les 25 pays considérés comme des démocraties complètes par l'EIU en 2011 (source).
Les pays économiquement libres sont les 28 pays considérés comme libres ou plutôt libres par Heritage en 2012 (source).
On remarquera que la France ne figure plus dans aucun de ces deux ensembles (étant devenue une "démocratie défectueuse" en 2010, classée 29e en 2011 par l'EIU ; et étant classée 67e c'est-à-dire économiquement moyennement libre par Heritage en 2012).
Voir aussi : le classement Doing business et son commentaire.

Liens, pour ceux de mes lecteurs qui seraient dans le déni :
- Expatriation : des chercheurs français témoignent
- Pourquoi moi, tout petit chef d’entreprise, je quitte la France ?

2013-10-13

Pax nobis

[Photo retirée à la demande de l'acheteur]

Pax nobis, est-il écrit, en lettres capitales : la paix soit avec nous.

Commentaire sous la photo, dans la Gazette : "Les lettres [ornant ce bracelet] évoquent quelques précieux manuscrits médiévaux. Elles ne forment aucun mot lisible, les initiales, comme autant de lettrines enluminées, conservant le secret d'un mystérieux acrostiche, qui donne son appellation à ce type de bijou" (finalement vendu [prix retiré à la demande de l'acheteur] € frais inclus).

Quand on vous dit qu'il faut encourager les lettres classiques, l'étude des langues anciennes, latin et grec, qui sont utiles voire indispensables dans certains métiers !

2013-10-08

L'illusion de la gratuité

J'ai habituellement beaucoup de sympathie pour les actions de Vélorution, étant cycliste, et trouvant que la place du vélo à Nancy est longtemps restée trop réduite, notamment avec l'absurde interdiction pour les cyclistes d'emprunter les voies du tram.

Mais lorsque Vélorution s'éloigne de son objet vélocipédique et relaie les annonces d'un "Collectif transports publics gratuits de Nancy", je ne peux que rester dubitatif. Toutes les idées sont bienvenues, et il peut être intéressant de discuter, de débattre, comme le montre brillamment J. S. Mill au chapitre II de son ouvrage "De la liberté".

Cependant, la gratuité est une illusion : la gratuité des transports n'existe pas, il y a toujours des personnes qui paient, et cet intitulé lui-même est trompeur. Ce que ne paie pas l'usager, il faut le financer autrement. Comment ? Par des sponsors commerciaux, ou par les contribuables.

Il faut dès lors s'interroger :
Est-on prêt à faire financer le transport public par un surcroît de publicité, celle-ci étant déjà extrêmement abondante ? Si l'on refuse le financement commercial, c'est donc le contribuable, déjà très sollicité, qui paierait davantage.
Y a-t-il une utilité réelle à déplacer la charge complète du transport public, déjà très subventionné, de l'usager au contribuable ? Si oui, laquelle ?
Y a-t-il une utilité réelle à supprimer le rôle de signal qu'a un prix ? Ce signal serait faussé dans l'arbitrage individuel entre les diverses formes de transport, le calcul économique devenant impossible. Ce signal est également utile pour la gestion rationnelle par l'autorité publique du système de transport lui-même, par la connaissance du nombre de tickets et d'abonnements vendus, des lignes où il y a le plus de validations, etc. sans parler de l'utilité de la participation des usagers à l'équilibre financier du dispositif.
Et si l'on débat du transport collectif financé par d'autres que ses usagers, débat-on aussi des autres modèles, tels que la mise en concurrence de plusieurs opérateurs sur le même réseau, par exemple ?
Si le citoyen-contribuable doit payer l'intégralité du coût du transport public, lui demande-t-on son avis ? Y est-il favorable, ou un partage des coûts est-il plus juste ?
Enfin, quel est le sens et la portée de faire perdre à l'usager la qualité supplémentaire de client, qui lui confère des droits particuliers et une responsabilité particulière, puisqu'il paie pour un service ?

Il faut également avoir conscience du choix politique que cela représente. C'est un choix de société, qui n'est pas dénué de portée politique, ni de présupposés idéologiques. Il n'est pas neutre d'observer que la Communauté d'agglomération du pays d'Aubagne et de l’Étoile, venue porter la bonne parole, a une présidence communiste, et que le philosophe et écrivain invité a soutenu le candidat du Front de gauche à la dernière élection présidentielle et est membre du comité de direction d'Espaces Marx. Quant à la composition du collectif nancéien, elle n'est pas apolitique, mais marquée à gauche et à l'extrême-gauche.

Par ailleurs, les inconvénients du financement par le seul contribuable commencent à être connus, à la suite de l'échec de plusieurs expérimentations. Les usagers de Melbourne expriment leur scepticisme. Mais surtout, on a observé les effets secondaires suivants, listés dans une étude de Jennifer S. Perone, de l'Université de Floride du Sud :
  • Forte augmentation du vandalisme et du hooliganisme
  • L'utilisation des véhicules comme abri par les personnes sans domicile fixe
  • Une chute significative des ressources dans les grands systèmes de transport public
  • Une forte hausse des plaintes des chauffeurs et de la rotation du personnel, malgré l'élimination des altercations liées au compostage
  • Un service plus lent : l'absence de paiement ou de compostage accélère l'embarquement, mais l'affluence de passagers tend à éliminer ce gain
  • Une baisse de la régularité du service
  • Une augmentation des coûts de la sécurité et de la maintenance
  • La baisse globale des émissions polluantes n'est pas démontrée

On peut aussi imaginer que les justifications locales éventuelles du financement public intégral à Aubagne ne soient pas nécessairement transposables à Nancy, dont la taille et la configuration sont très différentes. L'étude citée précédemment établit en effet un lien entre la taille du réseau de transport en commun et la prédominance des inconvénients sur les avantages. La sagesse commanderait en tout cas d'attendre les résultats, sur au moins un mandat, de l'expérimentation de gratuité conditionnelle lancée à Tallinn en 2013, ville dont la taille et la situation est beaucoup plus comparable à celle de Nancy.

2013-10-07

No phone today

Je n'ai pas de téléphone portable jusqu'à mercredi. Pour me contacter : iMessage, courriel, courrier, Facebook, Twitter, téléphone fixe...

2013-10-03

Librairies : même pas mortes

Il y a deux semaines , je suis allé dans une librairie, à côté de chez moi. Le livre que j'ai commandé, qui devait arriver "dans une semaine", n'est toujours pas là. Entre temps, Amazon m'a livré en trois jours l'autre livre que je voulais, "qui n'est pas disponible". J'ai ainsi dans les mains un livre "qui n'est pas encore paru" ; un miracle de Jeff Bezos sans doute.

Faut-il laisser mourir les librairies ? se demande Neil Jomunsi. Il faut en tout cas qu'elles repensent leur modèle, conclut-il.

C'est ce que fait avec brio la librairie lyonnaise L'Esprit Livre, en organisant une rencontre avec l'auteur nancéien Jean-Philippe Jaworski (mon ancien prof de français en terminale), l'occasion de faire savoir que son dernier opus, premier tome d'une trilogie, est paru : Même pas mort, aux éditions des Moutons électriques.



2013-09-08

Backup your USB key for Mac

My dead key

Not backing up the data of my USB key is a mistake that I will not make again. My LaCie iamakey USB drive just dropped dead. Neither my Mac nor any other computer will recognize it anymore.

I have found a small and simple app, to backup the data of my new USB key, which is still a useful accessory for me, since access to Evernote is regrettably restricted at my work :

Flash Drive Backup, by Alexander Wendler.

Easy. Only one tricky step : checking that it has the proper source name (all in big caps in my case, and not as autofilled in big and small caps). Renaming the source in big caps is done, and it now works perfectly well each time the key is inserted.

Photo : Materiel.net

2013-09-07

Jeûne et prière pour la #paix en #Syrie



Le pape François : "j’ai décidé d’organiser pour toute l’Église, le 7 septembre prochain, veille de la célébration de la Nativité de Marie, Reine de la Paix, une journée de jeûne et de prière pour la paix en Syrie, au Moyen-Orient, et dans le monde entier, et j’invite aussi à s’unir à cette initiative, par la manière qu’ils retiendront la plus opportune, les frères chrétiens non catholiques, les adeptes des autres religions, ainsi que les hommes de bonne volonté." (texte entier, 2013-09-01).

Lire aussi : L'Orient Le Jour.

2013-09-03

Quelques citations sur la guerre

« La guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens. » (Clausewitz).

« La guerre n'est pas une aventure. La guerre est une maladie, comme le typhus » (Antoine de Saint-Exupéry, Pilote de guerre, 1942).

« Les vrais vaincus de la guerre, ce sont les morts » (Ernest Renan).

« War does not determine who is right, only who is left. » (Bertrand Russell, philosopher).

« There never was a good war or a bad peace » (Benjamin Franklin, 1783).




Et pour mémoire, l'article 35 de la Constitution de 1958, modifié en 2008 :

« La déclaration de guerre est autorisée par le Parlement.

Le Gouvernement informe le Parlement de sa décision de faire intervenir les forces armées à l'étranger, au plus tard trois jours après le début de l'intervention. Il précise les objectifs poursuivis. Cette information peut donner lieu à un débat qui n'est suivi d'aucun vote.

Lorsque la durée de l'intervention excède quatre mois, le Gouvernement soumet sa prolongation à l'autorisation du Parlement. Il peut demander à l'Assemblée nationale de décider en dernier ressort.

Si le Parlement n'est pas en session à l'expiration du délai de quatre mois, il se prononce à l'ouverture de la session suivante. »

2013-09-01

Bach du dimanche



Martha Argerich, Kissin, Levine, Pletnev, Bach Concerto For 4 Pianos BWV 1065, Verbier, July 22 2002

2013-08-20

My world ; where next ?



2013-08-15

Pourquoi le 15 août est-il férié ?

Philippe de Champaigne, 1638, Musée des beaux-arts de Caen

Louis XIII a choisi de remercier la Vierge Marie en lui donnant le patronage de la France à la suite de la grossesse de son épouse Anne d’Autriche après vingt-trois ans de mariage :
"Nous avons déclaré et déclarons que, prenant la très sainte et très glorieuse Vierge pour protectrice spéciale de notre royaume, nous lui consacrons particulièrement notre personne, notre État, notre couronne et nos sujets, la suppliant de nous vouloir inspirer une sainte conduite et défendre avec tant de soin ce royaume contre l’effort de tous ses ennemis, et que, soit qu’il souffre le fléau de la guerre, ou jouisse de la douceur de la paix, que nous demandons à Dieu de tout notre cœur, il ne sorte point des voies de la grâce qui conduisent à celles de la gloire."

L'histoire du Vœu est à replacer dans le contexte de la neuvaine de prières que la reine a réalisée pour demander un fils en l'honneur de Notre-Dame de Grâces de Cotignac (Var) après les révélations du frère Fiacre, et qui s'est terminé le 5 décembre 1637. Neuf mois plus tard, le 5 septembre 1638, Louis XIV naît à Saint-Germain-en-Laye.

En conséquence du vœu, Louis XIII instaure les processions du 15 août, jour de la fête de l'Assomption, durant lesquels les sujets doivent prier Dieu et la Vierge pour les heureux succès du roi. En outre, chaque église du royaume doit, dans la mesure où l'église elle-même n'est pas sous le patronage de la Vierge, consacrer sa chapelle principale à la Reine des Cieux. Louis XIII promet enfin d'élever un nouveau maître-autel dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, ainsi que d'offrir un nouveau groupe sculpté à la cathédrale.

Source : Wikipédia, Vœu de Louis XIII

2013-07-30

Ness of Brodgar : un site néolithique exceptionnel



Dans les Orcades, au nord de l'Ecosse, dans une région aujourd'hui considérée comme sauvage et éloignée de tout, se trouve la plus grande découverte jamais faite en Europe d'un complexe de constructions du néolithique (c'est-à-dire avant l'écriture, avant l'usage du métal, à la période où la société humaine devient agricole et se sédentarise).

La découverte est récente, et les fouilles se poursuivent, mais on ne connaît aucun équivalent de ce lieu, Ness of Brodgar, un site exceptionnel, antérieur de plusieurs siècles à Stonehenge.


2013-07-23

Louer une voiture à son voisin à Nancy, c'est possible


Louer une voiture à son voisin à Nancy, c'est possible, avec un service tel que Drivy.
En outre, la coopérative d'autopartage Citiz s'est installée en Lorraine.
Enfin, les VTC LeCab sont arrivés en Lorraine en 2016.

Lien : article du Monde

(màj 2016-06-13) 


2013-06-30

Lectures de juin 2013

  • Murena, tome 9, Les épines ;
  • La jeunesse de Thorgal, tome 1, Les trois soeurs Minkelsönn.


 

2013-06-26

#SCOTUS rules that #DOMA is unconstitutional

In United States v. Windsor decision of 26 June 2013, Supreme Court rules that Defense of marriage act (DOMA) is unconstitutional :

"DOMA is unconstitutional as a deprivation of the equal liberty of persons that is protected by the Fifth Amendment. Pp. 13–26.

(a) By history and tradition the definition and regulation of marriage has been treated as being within the authority and realm of the separate States. Congress has enacted discrete statutes to regulate the meaning of marriage in order to further federal policy, but DOMA, with a directive applicable to over 1,000 federal statues and the whole realm of federal regulations, has a far greater reach. Its operation is also directed to a class of persons that the laws of New York, and of 11 other States, have sought to protect. Assessing the validity of that intervention requires discussing the historical and traditional extent of state power and authority over marriage.

Subject to certain constitutional guarantees, see, e.g., Loving v. Virginia, 388 U. S. 1, “regulation of domestic relations” is “an area that has long been regarded as a virtually exclusive province of the States,” Sosna v. Iowa, 419 U. S. 393, 404. The significance of state responsibilities for the definition and regulation of marriage dates to the Nation’s beginning; for “when the Constitution was adopted the common understanding was that the domestic relations of husband and wife and parent and child were matters reserved to the States,” Ohio ex rel. Popovici v. Agler, 280 U. S. 379, 383–384. Marriage laws may vary from State to State, but they are consistent within each State.

DOMA rejects this long-established precept. The State’s decision to give this class of persons the right to marry conferred upon them a dignity and status of immense import. But the Federal Government uses the state-defined class for the opposite purpose—to impose restrictions and disabilities. The question is whether the resulting injury and indignity is a deprivation of an essential part of the liberty protected by the Fifth Amendment, since what New York treats as alike the federal law deems unlike by a law designed to injure the same class the State seeks to protect. New York’s actions were a proper exercise of its sovereign authority. They reflect both the community’s considered perspective on the historical roots of the institution of marriage and its evolving understanding of the meaning of equality. Pp. 13–20.

(b) By seeking to injure the very class New York seeks to protect, DOMA violates basic due process and equal protection principles applicable to the Federal Government. The Constitution’s guarantee of equality “must at the very least mean that a bare congressional desire to harm a politically unpopular group cannot” justify disparate treatment of that group. Department of Agriculture v. Moreno, 413 U. S. 528, 534–535. DOMA cannot survive under these principles. Its unusual deviation from the tradition of recognizing and accepting state definitions of marriage operates to deprive same-sex couples of the benefits and responsibilities that come with federal recognition of their marriages. This is strong evidence of a law having the purpose and effect of disapproval of a class recognized and protected by state law. DOMA’s avowed purpose and practical effect are to impose a disadvantage, a separate status, and so a stigma upon all who enterinto same-sex marriages made lawful by the unquestioned authority of the States.

DOMA’s history of enactment and its own text demonstrate that interference with the equal dignity of same-sex marriages, conferred by the States in the exercise of their sovereign power, was more than an incidental effect of the federal statute. It was its essence. BLAG’s arguments are just as candid about the congressional purpose. DOMA’s operation in practice confirms this purpose. It frustrates New York’s objective of eliminating inequality by writing inequality into the entire United States Code.

DOMA’s principal effect is to identify and make unequal a subset of state-sanctioned marriages. It contrives to deprive some couples married under the laws of their State, but not others, of both rights and responsibilities, creating two contradictory marriage regimes within the same State. It also forces same-sex couples to live as married for the purpose of state law but unmarried for the purpose of federal law, thus diminishing the stability and predictability of basic personal relations the State has found it proper to acknowledge and protect. Pp. 20–26.
699 F. 3d 169, affirmed.

KENNEDY, J., delivered the opinion of the Court, in which GINSBURG, BREYER, SOTOMAYOR, and KAGAN, JJ., joined.
ROBERTS, C. J., filed a dissenting opinion. SCALIA, J., filed a dissenting opinion, in which THOMAS, J., joined, and in which ROBERTS, C. J., joined as to Part I. ALITO, J., filed a dissenting opinion, in which THOMAS, J., joined as to Parts II and III."

Source : SCOTUS Syllabus

In Hollingsworth et al. v. Perry et al., 26 June 2013, the Supreme Court also rules that :
"Petitioners defending Proposition 8's constitutionality did not have standing to appeal the District Court’s order" (which enjoined the public officials named as defendants from enforcing the law, which the said court had declared unconstitutional).

Source : SCOTUS Syllabus

2013-06-14

Harm principale : principe de nuisance

     "Le but de cet essai est de proclamer un principe très-simple, comme fondé à régir absolument la conduite de la société envers l’individu, dans tout ce qui est contrainte et contrôle, que les moyens employés soient la force physique, sous forme de peines légales, ou la coaction morale de l’opinion publique. Voici ce principe : le seul objet qui autorise les hommes, individuellement ou collectivement, à troubler la liberté d’action d’aucun de leurs semblables, est la protection de soi-même. La seule raison légitime que puisse avoir une communauté pour user de force contre un de ses membres, est de l’empêcher de nuire aux autres. Elle n’en a pas une raison suffisante dans le bien de cet individu, soit physique, soit moral.

     "Un homme ne peut pas, en bonne justice, être obligé d’agir ou de s’abstenir, parce que ce serait meilleur pour lui, parce que cela le rendrait plus heureux, ou parce que, dans l’opinion des autres, ce serait sage ou même juste. Ce sont de bonnes raisons pour lui faire des remontrances, pour raisonner avec lui, pour le convaincre ou pour le supplier, mais non pour le contraindre ou pour lui causer aucun dommage, s’il passe outre. Pour justifier cela, il faudrait que la conduite qu’on veut détourner cet homme de tenir, eût pour objet de nuire à quelqu’autre. La seule partie de la conduite de l’individu pour laquelle il soit justiciable de la société, est ce qui concerne les autres. Pour ce qui n’intéresse que lui, son indépendance est, de droit, absolue. Sur lui-même, sur son corps et sur son esprit, l’individu est souverain."

     - John Stuart Mill, De la liberté


2013-06-01

Non à #Cigeo, non à l'enfouissement des déchets nucléaires à #Bure


Le stockage souterrain de déchets nucléaires à Bure en Lorraine est un projet insensé, aux conséquences catastrophiques pour les générations à venir, et le fruit d'une succession d'impostures. 
 
- Il devait y avoir plusieurs sites de recherche, il n'y en a qu'un seul en exploitation.

- Il devait s'agir d'un lieu d'études, ce sera un lieu de stockage.

- Le stockage devait être réversible, il ne le sera pas.

- Le stockage devrait être étanche et stable, il ne peut pas l'être à l'échelle géologique.

Ôter les déchets de la vue, dans une zone relativement peu peuplée, en déversant des subventions et des promesses d'emploi pour acheter le consentement des populations locales, ne supprime pas le problème du devenir de ces déchets, qui subsistent à des échelles de temps qui dépassent la durée des sociétés humaines, et auront un impact et un coût qui dépassent l'échelle locale.

Enfouir les déchets rend leur gestion plus complexe qu'un stockage en surface, qui nous oblige en outre à nous en préoccuper, davantage que s'ils sont cachés sous le tapis.

Les expériences étrangères ne sont pas concluantes : le cas de la mine d'Asse en Allemagne est l'illustration caricaturale des dangers auxquels nous nous exposons par notre propre faute, en enfouissant les déchets, ce qui est une manière assez puérile de traiter le problème. Et un puits sans fonds financier, au demeurant. 

L'enfouissement n'est certainement pas une solution rationnelle, et si la société française fait le choix, contrairement à d'autres pays européens (Allemagne, Autriche, Italie, Suisse, etc.), de poursuivre l'exploitation de la filière nucléaire civile dans le cadre de son mélange d'approvisionnement énergétique, la seule issue est dans la recherche, sur le traitement en surface des déchets, sur la surgénération et à plus long terme sur la fusion

Ce sujet est autrement plus grave et sérieux que celui de l’implantation d'éoliennes ou de panneaux solaires, qui fait pourtant beaucoup plus de bruit. Bien que le site ne soit éloigné que de 70 km de l'aire urbaine de Nancy (435 000 habitants), le projet ne semble pas la première préoccupation des élus écologistes et Verts lorrains. Ne laissons ni les intérêts de l'Andra, ni le temps (22 ans depuis la loi Bataille) venir à bout de l'opposition à cette mauvaise solution.

Non à Cigéo, non à l'enfouissement des déchets nucléaires à Bure en Lorraine.

Liens :
- billet du blog Verdun - Bienvenue en Meuse
- Transatomic Power : une solution de recyclage des déchets nucléaires
- documentaire Under control sur la décision allemande de fermer en 2022
- Centrales nucléaires : démantèlement impossible ? (VOD) ; le documentaire sera diffusé le 6 juin 2013 à 9 heures sur Arte 

Le sacre du printemps... a cent ans #Stravinsky #Стравинский



Le Sacre du Printemps, d'Igor Stravinsky, fut créé le 29 mai 1913 au Théâtre des Champs-Élysées.

Nancy Renaissance 2013 : les lanceurs de drapeaux de Servigliano #RN13


2013-05-07

Hayek en français : traduttore, traditore

La route de la servitude est un des plus importants ouvrages de la philosophie libérale du 20e siècle. Cela tient tant au contexte de sa publication, en pleine seconde guerre mondiale, par un témoin autrichien de la montée du national-socialisme, qu'à son contenu, qui est un avertissement du danger mortel pour les libertés de maintenir en temps de paix la planification rendue temporairement nécessaire par l'effort de guerre.

Le problème est que la seule version disponible en français, qui date de 1946, à force de vouloir éviter la traduction littérale du texte anglais de F. A. Hayek (prix Nobel 1974), en devient très inexacte. Elle en altère le sens au point de le fausser. Traduttore, traditore. Cette traduction ou plutôt cette réécriture de G. Blumberg avait le mérite de donner un premier accès dès 1946 au texte de Hayek publié en 1944, mais elle ne répond plus au degré d'exigence que l'on est en droit d'attendre de la collection Quadrige des Presses universitaires de France.

Il faudrait publier une nouvelle traduction française du texte, et en attendant, il faut impérativement se reporter au texte original en anglais.

Quelques exemples des altérations du texte tirés du chapitre 10, les plus criantes étant la confusion entre nationalisme et national-socialisme, et entre société commerciale et société collectiviste, voire l'omission d'une phrase complète :

there is, in fact, no reason why any system should necessarily enhance those attitudes which serve the purpose for which it was designed
en réalité, il n'y a aucune raison a priori pour qu'un système favorise les facteurs qui ont servi à son établissement (p. 145)
the purpose for which it was designed ≠ les facteurs qui ont servi à son établissement

That socialism can be put in practice only by methods which mosts socialists disapprove is, of course, a lesson learned by many social reformers in the past.
Beaucoup de théoriciens socialistes ont fini par comprendre qu'on ne peut mettre le socialisme en pratique qu'à l'aide de méthodes que le socialisme réprouve. (p. 146)
social reformers ≠ théoriciens socialistes

because they provide so characteristic an example of that glorification of power which easily leads from socialism to nationalism
Ils offrent un exemple significatif du culte du pouvoir qui mène tout droit du socialisme au national-socialisme (p. 153)
nationalism ≠ national-socialisme

They are virtues which flourish wherever the individualist or commercial type of society has prevailed and which are missing according as the collectivist or military type of society predominates
Ces qualités se développent partout où le type de société individualiste ou commerciale domine et s'effacent, dans la même proportion, là où le type de société militariste ou commerciale s'installe (p. 158)
collectivist or military ≠ militariste ou commerciale

They must have no ideals of their own which they want to realize; no ideas about right or wrong which might interfere with the intentions of the leader.
∅ (p. 159)
Cette phrase est totalement omise de la traduction française !

this leads us to one of the most characteristic moral features of totalitarianism: its relation to, and its effect on, all the virtues falling under the general heading of truthfulness.
Ceci nous conduit à l'un des traits les plus caractéristiques du totalitarisme, à savoir ses relations avec la vérité.
its relations to, and its effect on ≠ ses relations avec



2013-05-03

Printemps pourri

Par rapport au 2 mai 1576, il a fait très bon hier !

"Que premièrement tout le raisin ne fut perdu et gelé, le 2 mai suivant derechef il gela si fort qu'il ne demeura rien de vert ni haut ni bas. Tous fruits furent gelés et perdus, voire les cerises déjà prêtes à rougir furent gelées. La plupart des seigles gelés, bref il n'y eut espèce de bois qui fût fort offensée d'icelle gelée." 

Journal de Jean Le Coullon (1525-1587), mon arrièrex12-grand-oncle.

2013-05-01

Quid d'un National Trust à la française ?


Le château de Dampierre,
dont la bibliothèque a été vendue hier et avant-hier aux enchères

Un long et très intéressant article de Julien Lacaze dans La tribune de l'art s'interroge sur l'inefficacité des dispositions légales en vigueur en France pour éviter la dispersion du patrimoine mobilier et son arrachement aux lieux pour lesquels ces ensembles ont été créés.

Il y a cependant une piste qui n'est pas évoquée, et qui mérite d'être explorée : les Anglais ont réussi à sauver leurs grands domaines, et à préserver l'unité de leurs grandes demeures, grâce à une fondation de droit privé ayant une mission d'utilité publique : le National Trust.

La Fondation du patrimoine joue en France un rôle remarquable, mais n'est pas conçue pour devenir propriétaire de ces grands domaines. Dans un registre différent, le Conservatoire du littoral a un rôle d'acquisition foncière, mais comme son nom l'indique, il n'est pas destiné à devenir acquéreur de grandes demeures ; et, établissement public, il est soumis aux contraintes budgétaires actuelles.

Rien n'empêcherait cependant de transposer le modèle anglais, qui a fait ses preuves, en France.

Sur Twitter : @nationaltrust : 149 972 abonnés ; @fond_patrimoine : 285 abonnés

2013-04-29

Humeurs du jour

Andries van Eertvelt va connaître une renommée soudaine
  • On a les politiciens qu'on mérite. Quand je vois le nombre de c******* qui ne respectent pas les règles élémentaires du code de la route sur un petit trajet de 15 minutes entre mon boulot et mon domicile... Mettant en danger autrui pour rien... La France s'affaisse parce que les citoyens ne se respectent plus eux-mêmes. Les politiciens ne sont que les épouvantails de paille qui symbolisent cet état déliquescent.
  • Le Monde découvre l'eau chaude... et n'en tire aucune conclusion. Nous avons en France les taux d'imposition du capital et d'IS les plus élevés d'Europe (article du Monde Eco du jour). Selon les croyances économiques magiques en vigueur, cela devrait reporter la production sur le travail et l'emploi: c'est le mythe de l'économie fixe. Or, ça ne marche pas, nous en avons la preuve par les faits. Capital et travail ne sont pas concurrents, ils sont associés, dans une économie dynamique. Et le capital est plus mobile que le travail, donc taxé il s'échappe. Il est urgent de ramener notre fiscalité dans la norme européenne.

2013-04-26

Paulette Choné : Renaissance en Lorraine



À l'occasion de l'année de la Renaissance à Nancy, qui verra notamment deux superbes expositions au Musée des beaux-arts et au Musée lorrain, Paulette Choné, de l'académie de Stanislas, auteur de la somme "Emblèmes et pensée symbolique en Lorraine", et commissaire de l'exposition "L'art et le modèle : les chemins de la création dans la Lorraine de la Renaissance" au Musée barrois, publie un nouvel ouvrage aux éditions Serge Domini, sur la "Renaissance en Lorraine, à la recherche du Musée idéal" :

• "En douze chapitres et près de 250 illustrations, Paulette Choné étudie la manière dont la Lorraine rencontra, accueillit et adapta les modes de pensée, les objets matériels et les signes dans lesquels s'exprimèrent le bouleversement et l'élan de renouveau de la Renaissance européenne. Rédigé dans une langue à la fois claire et raffinée, l’ouvrage nous redonne les clés qui permettent de comprendre l’histoire de la Renaissance en Lorraine et les fondements de l’évolution des arts et des idées au cours de cette période complexe.

• Près de 250 illustrations couleur issues des grandes collections (BnF, RMN Grand Palais, Musée
de la Renaissance, Ecouen, Métropolitan Museum of Art, Kunsthistorisches Museum, Vienne, British
Museum, National Gallery of Art, Washington, Library of Congress, Washington, Victoria & Albert
Museum, Londres, The National Gallery of Ireland, Kupferstichkabinett Staatliche Museen, Berlin,
Bibliothèque nationale de Russie, Musée Lorrain, Bibliothèque municipale de Nancy, Médiathèque de Saint-Dié, Archives de la Meuse, Musée de la Cour d’Or-Metz Métropole, Bibliothèque-Médiathèque de Metz, Musée barrois, Bar-le-Duc, Bibliothèque de Verdun, BNU Strasbourg, etc.)

• Paulette Choné, Professeur émérite des Universités, a enseigné l'histoire de l'art moderne à l'Université de Bourgogne. Philosophe, spécialiste de l'histoire et de la civilisation des XVIe et XVIIe siècles, elle a consacré son premier grand livre aux années 1525-1633 (Emblèmes et pensée symbolique en Lorraine, Klincksieck, 1991), dirigé le catalogue de l'exposition internationale Jacques Callot (RMN / Le Seuil, 1992), approfondi la peinture des « nuits » (L'Âge d'or du nocturne, Gallimard, 2001) et l'oeuvre de Georges de La Tour. On lui doit aussi un Ligier Richier en collaboration avec Bernard Noël et Jean Luc Tartarin (Éditions Meuse / Serge Domini, 2000), plusieurs ouvrages collectifs sur les études emblématiques qu'elle a contribué à mettre à l'honneur en France et plus de 150 articles. Ses recherches et sa méthode sont décrites dans l'important volume d'hommage que lui ont offert ses amis, collègues et élèves (La cause en est cachée, Brepols, 2013). Paulette Choné a publié en 2009 Renard-pèlerin. Mémoires de Jacques Callot écrits par lui-même (Le Bruit du temps). Elle est Ancienne pensionnaire de l'Académie de France à Rome (Villa Médicis 1980-1982) et Membre de l'Académie de Stanislas."

Commander : Serge Domini éditeur

2013-04-14

Le printemps est venu, ma belle



Quand viendra la saison nouvelle,
Quand auront disparu les froids,
Tous les deux, nous irons, ma belle,
Pour cueillir le muguet aux bois;
Sous nos pieds égrenant les perles
Que l'on voit, au matin trembler,
Nous irons écouter les merles
     Siffler.

Le printemps est venu, ma belle;
C'est le mois des amants béni;
Et l'oiseau, satinant son aile,
Dit ses vers au rebord du nid.
Oh ! viens donc sur ce banc de mousse
Pour parler de nos beaux amours,
Et dis-moi de ta voix si douce:
    «Toujours !»

Loin, bien loin égarant nos courses,
Faisons fuir le lapin caché,
Et le daim au miroir des sources
Admirant son grand bois penché ;
Puis chez nous tout heureux, tout aises,
En paniers, enlaçant nos doigts,
Revenons rapportant des fraises
    Des bois.

Villanelle de Théophile Gautier, musique d'Hector Berlioz.

2013-04-12

Destruction de l’église Saint-Jacques d'Abbeville

En France, en 2013. Tout un symbole.


Démolition de la façade est de l'église Saint... par courrier-picard
Source : Le Courrier Picard.

Trop tard pour Abbeville, dont l'église aurait pu être sauvée : cf. la lettre ouverte de Didier Rykner aux habitants d'Abbeville. Il faut sauver ce qui peut l'être ailleurs, et se retrousser les manches.

Cherchez l'erreur :

Royaume-Uni (hors Ecosse) :
National Trust : 3,8 millions d'adhérents ; 144.429 followers @NationalTrust.

France :
Fondation du Patrimoine : 6.000 adhérents ; 266 followers @Fond Patrimoine.
Source du nombre d'adhérents : Cour des comptes.

Adhérez !